Catégories
Culture

Projet

Quelle que soit leur nature, il y a toujours un moment où les entreprises sont confrontées à l’industrialisation. Il ne s’agit pas forcément de produire toujours plus mais souvent de produire mieux.

Dès qu’on parle de ce type d’approche, les processus ne sont jamais loin et qui dit méthode dit plan. Pratiquée dès 1929 par l’URSS, la planification a marqué l’économie politique au point qu’aujourd’hui encore en France on trouve un haut-commissariat au plan ! Alors, bien sûr en entreprise on ne parle plus de plans, mais le mode projet a envahit toutes les fonctions et tous les métiers.

Après avoir constitué des démarches très déterministes (comme du temps de Merise et de Six Sigma), les méthode de gestion de projet se sont assouplies. Aujourd’hui, tout se doit d’être agile et ce qui n’était en 2001 qu’une philosophie de développement informatique est devenue une sorte de dictature par les projets, à grand renforts de Post-it notes collés sur les murs et de réunions d’analyse de back log.

Libres d’obéir

Face à cette approche assez totalitaire, il peut être utile de lire l’excellent Libres d’obéir de Johann Chapoutot. Bien sûr, il s’agit d’une approche historique mais elle permet de mettre en perspective le monde dans lequel nous vivons et de questionner toutes ces méthodes qui, soi disant, donnent plus de liberté…

Mais surtout, quelle que soit la méthode qu’on adopte, le mode projet permet de rendre les idées tangibles et palpables. S’engager dans un projet permet de se mettre en marche et de se confronter au réel.

Il n’y a pas de vent favorable pour celui qui ne sait pas où il va

Sénèque

Dans un projet, tout peut changer : la méthode, l’objectif, les moyens même, peu importe. Il y pire que de ne pas réussir, c’est de ne ne pas essayer. Ce que Michel Audiard résume dans un dialogue d’Un taxi pour Toubrouk resté célèbre : deux intellectuels assis vont moins loin qu’une brute qui marche !

Un taxi pour Toubrouk

Avancer dans la vie commence toujours par un premier pas.

À demain, 21 heures

Catégories
Réflexion(s)

Prospective

Prévoir l’avenir, voilà bien une grande question ! Que sera demain ? Bien malin qui peut le dire et pourtant, nombreux sont celles et ceux qui s’y risquent.

Entre la boule de cristal de madame Soleil et les discours des prospectivistes académiques les plus doctes, la frontière est finalement ténue car au delà du style, c’est avant-tout une affaire de ressenti. Ce n’est pas par hasard que les prédictions les plus justes ont souvent été le fait des artistes qui, précisément, rêvent le monde.

Sim City

Par nature, les innovations de rupture sont imprévisibles. Et elles sont souvent le fait de nouveaux entrants qui, parce qu’ils ne sont pas du métier qu’ils adressent regardent la situation d’œil neuf et arrivent à un résultat que les spécialistes n’auraient pas pu concevoir, n’ayant pas la liberté de le faire.

Avec la pensée buissonnière, le sociologue Christian Gatard propose une troisième voie, entre le rêve et le scientisme. Une pensée rigoureuse sur la forme mais poétique sur le fond, c’est-à-dire imaginative et positive. Il ne s’agit pas tant d’apporter des réponses que de soulever et comprendre les questions qui se posent l’une après l’autre, au fur et à mesure qu’on avance.

Nos vingt prochaines années de Ch. Gatard

Celles et ceux qui ont joué à Sim City voient de quoi il s’agit, on dévoile le terrain en avançant. Pas question de prévisions précises ou de planifications qui se révèleraient hasardeuses ; il s’agit juste de savoir ce qui pourrait arriver si…

Mais surtout, dans cet exercice, ni erreur ni certitude et encore moins de dogme. Juste une invitation à chercher, à imaginer, à envisager. À chacune et à chacun de se poser les questions, de scénariser, de penser autrement. Une seule règle : ne pas se mettre de frein, chercher à penser différemment car ce qui semble impossible à certaines et à certains constitue juste une évidence pour d’autres. Il suffit parfois de faire un pas de côté pour tout réinventer.

Tout comme l’école du même nom, la pensée buissonnière invite à la créativité et ouvre à l’expérience.

À demain, 21 heures.

Catégories
Réflexion(s)

Impact

Il arrive que les mots changent de sens au fil du temps. Le mot impact, par exemple. Il n’y a pas si longtemps, cela permettait de qualifier l’effet positif d’un discours ou d’une action. Une idée avait de l’impact ou un discours ou une bien décision pouvaient avoir de l’impact. En clair, cela déclenchait une réaction en chaîne et pouvait mettre des forces en marche.

Dans le domaine des sciences, parler d’impact revient souvent à évoquer le facteur d’impact, une méthode de classement des revues scientifiques. Bien que controversé, ce système a au moins le mérite de la clarté. Être publié dans une revue à fort impact, c’est être reconnu par ses pairs. En cela, le facteur d’impact va dans le sens de la définition de la vérité en science, qui peut être vue comme le fruit d’un consensus.

Dans le domaine de la publicité, l’impact est une notion liée à la mémorisation. Et on doit au mathématicien Armand Morgensztern la définition d’un Beta de mémorisation qui, à défaut d’être bien précis, joue le rôle d’étalon de mesure et permet au marché publicitaire de prospérer (ce que nous avons déjà eu l’occasion d’aborder).

Sketch de Coluche sur la publicité

Mais surtout, lorsqu’un terme mute au fil du temps, cela revient parfois à forger des anti-phrases. Ainsi certains acteurs souvent issus de démarches économiques alternative parlent-ils de projets à impact. Il s’agit en réalité d’une démarche consistant à faire en sorte que le projet qu’on porte ait un impact positif sur l’environnement, ou la société.

Sans définition claire (ce que les juristes appellent une définition opposable), il est évident que cette louable intention va prêter le flanc aux dogmatismes en tous genres, chacun cherchant à « laver plus blanc » que les voisins.

D’autre part, il est certain que des acteurs de l’économie traditionnelle finiront par se saisir du concept, y voyant une occasion de faire de l’impact washing, tout comme cela se pratique déjà avec le green washing écologique.

Vous n’avez pas raison ou tort parce que d’autres sont d’accord avec vous. Vous avez raison parce que vos faits sont exacts et votre raisonnement est juste.

Warren Buffet

Sans définition claire et sans mesure précise, pas d’impact efficace.

À demain, 21 heures

Catégories
Réflexion(s)

Uberisation

L’uberisation consiste a partir d’une feuille blanche pour repenser une activité qui ronronne en assemblant des composants numériques de façon créative. Cela permet de proposer un service modernisé tellement pratique qu’il s’impose en un éclair.

Le livre de C. Perez

Il y a dans l’uberisation un principe d’innovation et d’amélioration continue aussi ancien que l’industrie elle-même. À ce propos, l’analyse de Carlota Perez (in Technological Revolutions and Financial Capital: The Dynamics of Bubbles and Golden Ages) est lumineuse car elle insiste précisément sur le facteur le plus ignoré des commentaires d’actualité : la dimension temporelle, qui doit être envisagée à l’échelle humaine c’est-à-dire sur le temps long.

L’uberisation n’est pas le fait exclusif de société commerciales. Wikipedia, a, en quelque sorte uberisé le savoir en rendant obsolètes les encyclopédies les plus prestigieuses. Et d’ailleurs, servant de socle à la quasi-totalité des services numériques qui ubérisent la société, le logiciel Libre tient une grande part dans ce mouvement souvent vilipendé.

Dans ce contexte, travailler ce n’est plus forcément avoir un emploi, L’uberisation diversifie et démultiplie les formes de travail. Plus important, les formes de rémunérations ne sont plus forcément pécuniaires.

Mais surtout, l’uberisation finira certainement par remettre en question la place et le rôle même de l’État. En France, dès qu’on parle d’économie, de travail et d’emploi, l’État n’est jamais très loin. Il s’agit là d’un lointain héritage qui remonte à Louis XIV : le jacobinisme, point commun à toute la classe politique française. Cette véritable passion nationale donne à notre pays la manie de la centralisation. Comment tout cela va-t-il évoluer face l’uberisation et à la société des Gafa ?

Née dans la Silicon Valley, l’économie des Gafa apporte avec elle des concepts dont le libéralisme (au sens anglo-saxon) constitue la pierre angulaire : individualisme, mérite, équité, etc. Ces nouvelles valeurs qui redessinent la société finiront un jour par redessiner l’État.

Paradoxalement le monde des Gafa a permis l’émergence de géants, qui en réalité, généralisent des formes très atomisées de sociétés. Chacun pour soi et les Gafa pour tous, en quelque sorte.

À demain, 21 heures

Catégories
Culture

Cinéma

Depuis son invention par les frères Lumière, le cinéma fascine. Partout sur la planète, il fascine les créateurs et les industriels, ce qui a permis le développement d’un écosystème. Mais le cinéma fascine également le pouvoir et, naturellement, le cinéma fascine les spectateurs. Aller au cinéma est un loisir à la portée de chacune et chacun d’entre nous.

Une salle de cinéma

Le cinéma, comme le sport, est une passion populaire qui va au delà des différences de la société et qui rassemble des amatrices et des amateurs de tous les horizons : jeunes et vieux, urbains et ruraux, hommes et femmes, ouvrier et patrons… quand on est passionné (ou simplement intéressé) par le cinéma , on peut y trouver un plaisir partagé car le cinéma n’est pas seulement ouvert à toutes et à tous, c’est surtout un loisir collectif. Et, comme le dit Michel Berger, y’a pas de honte à aller au cinéma pas pour le film mais pour ce qu’on y fera. Et tout est là : avant tout, aller au cinéma se vit.

Michel Berger Y’a pas de honte (dans l’album Différences, 1985)

Mais surtout, le cinéma est un miroir grossissant de la société. Il va de la caricature (comme par exemple dans Les Bronzés) à la préfiguration (comme dans Le Huitième jour, notamment) et la palette les large, du rêve au cauchemar.

Bien entendu, les plateformes de diffusion de contenus procèdent du même esprit et propagent elles aussi une culture collective qui offre à la génération qui la découvre son expérience propre. Les jeunes d’aujourd’hui étant inexorablement les vieux de demain, il ne manqueront pas dans quelques décennies de regretter le temps où ils vivaient une expérience fantastique devant telle ou telle série… tout comme leurs grands parents regrettent les salles obscures, leurs films et leurs glaces Miko (en vente dans cette salle !)

Depuis son invention, le cinéma façonne chaque génération, l’une après l’autre. Êtes-vous de la génération Trilogie du dollar ou bien Star Wars ? Êtes vous plutôt Jean Gabin ou Marion Cotillard ?

Le cinéma nous manque parce que c’est un expérience collective

À demain, 21 heures

Catégories
Réflexion(s)

Réfléchir

Réfléchit-on avec son cerveau ou bien avec ses tripes ? Et peut-on réfléchir avec son cœur ? S’agit-il d’une activité exclusivement humaine ? Peut-on agir sans réfléchir ? Ou bien, au contraire, est-il possible de trop penser ? Réfléchir à la réflexion semble, avant-tout, poser des questions. Réfléchir, serait-ce uniquement un moyen de se faire des nœuds au cerveau ?

L’Oeil de MC Escher

À première vue, le lien entre réflexion et logique s’impose d’évidence, de même que le lien entre réflexion et connaissance. Ainsi, améliorer sa capacité de réflexion va demander de développer ses connaissances et de travailler son sens de la logique. Dans une telle approche quantitative de la réflexion, il est évident que des systèmes automatisés (tels que l’intelligence artificielle) finiront par supplanter l’être humain, tout comme l’ordinateur a déjà mécanisé des activités telles que la comptabilité ou les statistiques.

René Descartes

Au contraire, la réflexion ne serait-elle pas plutôt une affaire d’intuition ? Et si oui, comment discerner les bonnes et les mauvaises intuitions ? C’est en cherchant dans cette direction que René Descartes finit par faire du doute la pierre angulaire d’une philosophie résumée dans sa fameuse méthode (publiée en 1637) et qui a fait la hantise de générations de bacheliers.

Douter de tout, ou tout croire, sont deux solutions également commodes, qui l’une et l’autre nous dispensent de réfléchir.

Henri Poincaré
Henri Poincaré

En renvoyant doute et certitude dos à dos, Henri Poincaré résume bien les choses. Réfléchir consiste avant tout à peser le pour et le contre afin de tenir compte des paramètres en présence.

Mais surtout, réfléchir consiste à se poser les bonnes questions. Cela ne relève ni totalement du domaine de la connaissance ni totalement de celui de l’intuition. Cela ne demande pas nécessairement des connaissances encyclopédiques ou une capacité logique hors du commun. Poser une bonne question est une affaire de pertinence.

Une bonne question se doit d’arriver au moment opportun. Une bonne question permet d’envisager des possibles qu’on peut concrétiser ici et maintenant. Ainsi on ne réfléchit pas en vain. On ne raisonne pas comme un tambour, on peut se mettre en marche et avancer.

L’intelligence consiste à poser la bonne question au bon moment.

À demain, 21 heures

Catégories
Réflexion(s)

Gentillesse

La gentillesse consiste à rendre service à quelqu’un qui vous le demande. Telle est la définition que propose le philosophe Emmanuel Jaffelin d’un concept dont on pourrait penser au premier abord, qu’il n’y a pas grand chose à en dire.

Emmanuel Jaffelin a publié plusieurs ouvrages sur le sujet et deux méritent qu’on s’y arrête : le Petit éloge de la gentillesse constitue bien entendu l’ouvrage de référence de l’auteur. Et on lira également avec intérêt sa Petite philosophie de l’entreprise, très utile pour vivre mieux avec ses collègues et donc travailler mieux au quotidien.

Au fil des années, Emmanuel Jaffelin a développé ce que les philosophes appellent une éthique de la gentillesse ; en clair un mode d’emploi. Tout l’intérêt de ses travaux tient au fait que la gentillesse telle qu’il la définit repose sur un rapport de réciprocité. Autrement dit, pour être gentil, il faut être deux. On est pas gentil tout seul.

Mais surtout, la gentillesse nous incite à la bienveillance, qu’on pourrait définir comme une gentillesse réciproque. À première vue, cela peut sembler idiot et même presque niais.

Une courte conférence d’Emmanuel Jaffelin sur la gentillesse

Et pourtant, avouons que cela simplifierait bien les choses en permettant en quelque sorte de vivre au premier degré. C’est-à-dire sans se faire de nœuds au cerveau, ce qui transforme la vie une grande partie d’échec ou de billard à trois bandes. Nous pourrions tous développer une sorte de gentillesse sociale, qui consisterait à s’ouvrir aux autres et à les accueillir sans arrière pensée. Cette démarche est à la portée de chacune et de chacun d’entre nous, car elle commence avec la personne qu’on a en face de soi.

Souvent les hommes se haïssent les uns les autres parce qu’ils ont peur les uns des autres ; ils ont peur parce qu’ils ne se connaissent pas.

Martin Luther King

Il se trouve qu’en France, la gentillesse sociale a un nom. Nous l’appelons fraternité. Et c’est tellement important qu’on en a fait une devise qui trône sur tous les frontons.

La République nous incite à nous accueillir les uns les autres pour construire ensemble un pays en commun.

À demain, 21 heures.

Catégories
Réflexion(s)

Consommation

Depuis le Moyen-âge l’argent joue un rôle pacificateur : l’émergence de la bourgeoisie fut un des paramètres qui a permis la construction des pays en Europe. Quand on a du bien, on ne part pas en guerre, au risque de perdre le fruit de son travail.

Cette vision patrimoniale — ou bourgeoise — constitue une sorte de vision par défaut qui a été à son apogée avec la société de consommation des années 1990. Le triomphe de la middle class constituait la réalisation d’une société faisant de l’égalité un grand rêve collectif.

Economix

C’était un modèle simple, pour une société issue de la reconstruction et qui, après les privations de la guerre, s’était habituée à la croissance et à la puissance. Pour se rafraîchir la mémoire en matière d’histoire économique, on pourra lire Economix de Dan Burr et Michael Goodwin, un petit livre d’autant plus didactique qu’il s’agit d’une bande dessinée.

Dernière évolution en date : la prise en compte d’un paramètre qualitatif, nous faisant passer du consommer plus au consommer mieux. La logique purement économique est remplacée par une logique éthique. Plus éduqués et pendus à leurs smartphones, les consommateurs sont devenus responsables. On cherche à consommer mieux pour se réaliser soi-même.

Cette évolution permet l’émergence de la sobriété heureuse. Proposé par Pierre Rabhi, ce mouvement pose en réalité un regard aussi alternatif que constructif sur la société de consommation.

Mon verre n’est pas grand mais je bois dans mon verre. 

Alfred de Musset

Mais surtout, la consommation de réalisation ne remplace pas les autres, elle cohabite avec les formes classiques de consommation. Pour reprendre l’expression d’Edgar Morin, on passe de l’analyse systémique à l’analyse de la complexité.

Dans un même mouvement, un consommateur peut tout à la fois acheter le moins cher des produits, vu comme une commodité et un produit durable ou éthique, tout simplement parce que cet autre domaine de la consommation est dans le champ de son besoin de réalisation.

On achète un iPhone pour stocker des milliers de photos, des nouilles premier prix et du beurre bio AOC. Il n’y a pas opposition mais complexité.

À demain, 21 heures.

Catégories
Geekeries

Dictionnaires

Le Grand Larousse et le Petit Robert, le Gaffiot et le Bailly mais aussi Tout l’univers, L’Encyclopædia Universalis et le Quid. Il fut un temps où la connaissance n’était disponible qu’avec parcimonie et réservées aux lecteurs des bibliothèques. Un temps où l’orthographe s’apprenait… C’était une certaine idée du savoir. La pertinence du fond n’allait pas sans une certaine élégance de la forme.

Il est intéressant de constater qu’à l’heure du fact checking (qu’on pourrait considérer comme un doute cartésien étendu à la planète entière), on questionne généralement le fond sans réellement mettre la forme en cause. Untel, unetelle a dit çi ou ça. D’accord, mais dans quelles conditions ? À quelle occasion ? Dans quel contexte ? Sur quel support ? C’était le domaine de l’herméneutique, la lecture de la forme des messages.

Une page de dictionnaire

En réalité, depuis des années, les correcteurs orthographiques, Wikipédia et quelques autres outils ont, en quelque sorte, automatisé la mise en forme de nos réflexions. On ne vérifie plus l’orthographe, Word s’en occupe. On ne vérifie plus tel ou tel fait, Wikipédia le sait. Les hashtags et les influenceurs font la vérité. Le numérique n’est plus un outil, c’est un état d’esprit qui modèle notre manière de réfléchir.

Mais surtout, de même qu’on pense avec des mots, on travaille avec des outils. Ce qu’il convient de maîtriser aujourd’hui ce sont des outils techniques (les logiciels de traitement de texte et de présentation, les applications de dessin et, pourquoi pas, les expressions régulières, ou même un peu d’HTML), faute de quoi mettre en forme ses idées et les diffuser devient un exercice périlleux.

Du code HTML

De même que les dictionnaires permettaient de penser avec élégance, les outils numériques permettent de communiquer avec efficacité.

Au temps des dictionnaires on faisait des mots croisés, à l’heure des outils numériques on fait des sudoku. Ce n’est ni mieux ni moins bien qu’avant, c’est la réalité d’aujourd’hui.

À demain, 21 heures

Catégories
Culture

Rideaux

Avec les beaux jours arrive le grand nettoyage de printemps ! Ce véritable rituel est tombé en désuétude mais il donnait à nos grands-mères l’occasion d’ouvrir les armoires, de retourner les matelas et de nettoyer les rideaux…

Les rideaux nous semblent naturels. Il y en a partout aux fenêtres et c’est même parfois un des premiers ameublements qu’on installe pour se sentir véritablement chez soi. Or, en réalité, les rideaux sont avant tout culturels. Il suffit de voyager pour s’apercevoir qu’il existe des pays à rideaux et des pays sans rideaux.

À première vue il est tentant de se dire qu’on trouve les pays sans rideaux au nord et les pays avec rideaux au sud. On aura pas tord mais une approche plus subtile est également possible. Bien souvent les pays sans sont de culture protestante et les pays avec sont de culture catholique.

Au delà de la quantité de lumière, les rideaux en disent long sur le rapport des peuples à la pudeur. Il suffit d’aller faire un sauna dans un pays sans rideaux pour s’en rendre compte en pratique.

Du temps où certains soldats français faisaient leur service militaire dans une Allemagne alors occupée, ils découvraient avec surprise que les douches des casernes allemandes ne comportaient pas de cabines… normalité pour les uns, horreur pour les autres.

Et, de l’intimité à la vie privée il n’y a qu’un pas. Cette différence se retrouve également dans le rapport des populations à leurs données personnelles. Pas étonnant que le pays de la Loi informatique et libertés, soit, justement, un pays à rideaux.

Impasse des deux palais par N. Mahfouz

Mais surtout, les rideaux nous rappellent que toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire. Quand le rideau se fait moucharabieh, on peut voir sans être vu et distinguer un espace sans forcément le séparer d’un autre. D’ailleurs, le moucharabieh est un des personnages centraux d’Impasse des deux palais des un très beau roman de Naguib Mahfouz qu’on pourra (re)lire avec plaisir.

un moucharabieh égyptien

En réalité, les rideaux questionnent notre rapport à l’intimité et donc notre rapport au monde.

À demain, 21 heures