Catégories
Réflexion(s)

Consommation

Depuis le Moyen-âge l’argent joue un rôle pacificateur : l’émergence de la bourgeoisie fut un des paramètres qui a permis la construction des pays en Europe. Quand on a du bien, on ne part pas en guerre, au risque de perdre le fruit de son travail.

Cette vision patrimoniale — ou bourgeoise — constitue une sorte de vision par défaut qui a été à son apogée avec la société de consommation des années 1990. Le triomphe de la middle class constituait la réalisation d’une société faisant de l’égalité un grand rêve collectif.

Economix

C’était un modèle simple, pour une société issue de la reconstruction et qui, après les privations de la guerre, s’était habituée à la croissance et à la puissance. Pour se rafraîchir la mémoire en matière d’histoire économique, on pourra lire Economix de Dan Burr et Michael Goodwin, un petit livre d’autant plus didactique qu’il s’agit d’une bande dessinée.

Dernière évolution en date : la prise en compte d’un paramètre qualitatif, nous faisant passer du consommer plus au consommer mieux. La logique purement économique est remplacée par une logique éthique. Plus éduqués et pendus à leurs smartphones, les consommateurs sont devenus responsables. On cherche à consommer mieux pour se réaliser soi-même.

Cette évolution permet l’émergence de la sobriété heureuse. Proposé par Pierre Rabhi, ce mouvement pose en réalité un regard aussi alternatif que constructif sur la société de consommation.

Mon verre n’est pas grand mais je bois dans mon verre. 

Alfred de Musset

Mais surtout, la consommation de réalisation ne remplace pas les autres, elle cohabite avec les formes classiques de consommation. Pour reprendre l’expression d’Edgar Morin, on passe de l’analyse systémique à l’analyse de la complexité.

Dans un même mouvement, un consommateur peut tout à la fois acheter le moins cher des produits, vu comme une commodité et un produit durable ou éthique, tout simplement parce que cet autre domaine de la consommation est dans le champ de son besoin de réalisation.

On achète un iPhone pour stocker des milliers de photos, des nouilles premier prix et du beurre bio AOC. Il n’y a pas opposition mais complexité.

À demain, 21 heures.

Une réponse sur « Consommation »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.