Catégories
Geekeries

Courbes

Pierre Bézier fait partie de ces rares personnages dont on utilise les créations tous les jours, sans même le savoir. Au début des années 1960, pour résoudre des problèmes de conception industrielle, il a créé les courbes qui portent son nom. Ce sont des objets géométriques complexes à décrire de manière théorique mais dont la manipulation pratique est d’une simplicité enfantine. C’est ce qui fait toute leur puissance.

Une courbe de Bézier
Logo d’Inkscape

Les courbes de Bézier permettent le dessin vectoriel qui a la caractéristique d’être impossible à réaliser sans ordinateur. Mieux, le dessin vectoriel permet, dans une certaine mesure, d’abolir la notion d’échelle (voir la chronique consacrée aux fractales). Encore mieux : le dessin vectoriel fait se rejoindre description mathématique et expression artistique. Pour découvrir le dessin vectoriel, rien de plus facile, il existe de très nombreux logiciels le permettant. Inkscape, par exemple. Mais le géant du dessin vectoriel reste Illustrator, créé par la société Adobe.

Fonte vectorielle

La vraie innovation d’Adobe, cependant, n’est pas tant Illustrator ou la fameuse Créative Suite mais un langage informatique, PostScript. Les usages de ce langage sont incroyables de puissance et de diversité : les documents PDF, les polices d’affichage de votre ordinateur ou de votre téléphone portable, les pages de votre imprimante… tout ça doit quelque chose — directement ou indirectement — à PostScript et à ses descendants. L’importance de ce langage est telle qu’une de ses applications (le format PDF) est devenu une norme technique régulée par l’ISO.

Les héros sont parfois discrets et ils n’en sont que plus fascinants. Les courbes de Bézier, le langage Postscript et ses dérivés sont d’une discrétion totale. À tel point qu’on ne les voit plus. Et pourtant leur absence changerait certainement la face du monde d’aujourd’hui.

Au cours de la ruée vers l’or, dit la légende, les seuls à être devenus riches sont les marchands de pelles et de pioches. Dans la grande famille des géants du numérique, Adobe fait figure de héros discret. Un véritable manifeste pour les timides.

À demain, 21 heures

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.