Catégories
Réflexion(s)

Vérité

Toute vérité est-elle bonne à dire ? Alors qu’on serait tenté de répondre par oui ou par non, il est préférable de faire un pas de côté pour trouver une alternative plus élégante. Ici la question n’est pas de savoir ce qu’on va dire mais plutôt à qui on va le dire. On peut tout dire, à tout le monde, mais pas n’importe comment.

La vérité sortant du puits (1896) – JL Gérôme

Quand on cherche à dire des choses qu’on pense vraies ou justes ou simplement importantes, il s’agit d’y mettre un minimum de formes pour les rendre acceptables par celui ou celle à qui on les destine. Même démontrée, une vérité ne doit pas être jetée à la figure de son interlocuteur. Il n’y a rien de pire que de dire ses quatre vérités à quelqu’un.

Et autant cette démarche semble évidente à comprendre en ce qui concerne des relations interpersonnelles (amicales, professionnelles ou amoureuses), autant elle est compliquée à étendre à la vie en société. La société en effet, c’est tout le monde et personne à la fois. La société est anonyme, en quelque sorte, pourrait-on se dire.

C’est ici que la devise de la République (liberté, égalité, fraternité) peut nous venir en aide car ce qui est en jeu c’est bien la fraternité. La notion de fraternité implique bien entendu de la solidarité, mais pas seulement, c’est aussi la manifestation de ce qu’on souhaite construire ensemble pour l’avenir. Et donc jeter ses vérités à la face de la société sans prendre de précaution la met en péril car une agression peut en déclencher une autre.

Emmanuel Jaffelin, Éloge de la gentillesse (2010)

Faut-il pour autant se réfugier dans le politiquement correct ? Rien de moins certain. C’est d’ailleurs une question abordée par Emmanuel Jaffelin dans son Éloge de la gentillesse. Être gentil ce n’est pas être mièvre ou mou du genou. Être gentil c’est être serviable et constructif. C’est se projeter dans l’avenir et, pour reprendre une expression bien connue, c’est chercher à regarder dans la même direction que son interlocuteur.

Œil pour œil rendra le monde aveugle disait Gandhi. Voilà certainement une maxime à méditer pendant le couvre feu.

À demain, 21 heures.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.