Catégories
Non classé

L’énergie des années folles

Les années folles… tout un programme ! Une époque qui se relevait de la Première Guerre mondiale et qui ne se souciait de rien d’autre que de vivre pleinement, de vivre intensément, de vivre follement et peut-être surtout de vivre, tout simplement.

Une époque qui découvrait le potentiel et les espoirs de technologies alors nouvelles et qui, de l’automobile à la photographie, inventaient le vingtième siècle. Une époque où les rapports entre les femmes et les hommes étaient rugueux. Tout cela se passait à Montparnasse, à Paris et dans le reste du monde. La culture faisait coexister misère et cupidité, artistes forcément bohèmes, bourgeois désargentés et de demi mondaines intéressées.


Pour évoquer ce monde différent et disparu mais passionnant, Muriel Marschal convoque Kiki de Montparnasse, une reine de la nuit déchue et oubliée mais qui pourtant personnifie l’état d’esprit qui présidait alors. Pendant une heure, on virevolte entre musique et joie de vivre, amours et alcools, déguisements, bals costumés et coco plein les narines (déjà !). Sur scène, Muriel Marschal met en scène une vision délibérément positive des choses et des êtres. Des récits, des dialogues, de la musique, des chansons, des textes. C’est le temps des garçonnes, à la féminité débordante, presque exubérante et qui en réalité, préfigure le féminisme qui apparaîtra une trentaine d’années plus tard.


Le résultat propose une approche à mi-chemin entre one woman show et théâtre. On pourrait presque parler de comédie musicale, chorégraphie en moins. Muriel Marschal et Amandine de Doncker (qui, pour l’occasion, transcende le rôle d’accompagnatrice et ose quitter son clavier pour venir en pleine lumière) nous transmettent leur énergie et leur envie de plaisir, leur joie de vivre communicative. Les deux complices virevoltent, s’amusent, rient et jouent. C’est un plaisir de les voir et c’est un bonheur de profiter de l’énergie qu’elles nous transmettent.


Alors que nous que les heures que nous traversons sont encore sombres, que ce moment fait du bien ! Du bien à l’âme, naturellement, mais aussi du bien au corps car rire et ressentir nous permet de ressortir du théâtre détendus et plein d’énergie, prêt à croquer la vie à pleines dents, comme Kiki en quelque sorte.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.